Capitaux propres

Avant de débuter le financement de la création d'entreprise, vérifiez votre situation financière actuelle. Les capitaux propres doivent être la base de tout financement de création d'entreprise. Ils réduisent les besoins nécessaires en « capitaux d'emprunt » (Fremdkapital). C'est important pour les raisons suivantes :

  • Un apport minimal de capitaux propres garantit que de légères pertes n'aboutissent pas à une insolvabilité, un surendettement ou une faillite. Plus vous disposez de capitaux propres, moins le risque de problèmes de liquidité est important. Ces derniers peuvent déjà intervenir en cas de simples divergences avec les données de planification, par ex. lorsque vous devez préfinancer des contrats ou lorsque le chiffre d'affaires est plus modeste que prévu lors de l'introduction sur le marché.
  • Plus la part des capitaux propres est élevée dans vos investissements globaux, meilleure est votre marge de négociations avec les bailleurs de fonds. Si vous êtes prêt à risquer vos fonds personnels, ces derniers vous font en contrepartie davantage confiance.

Vous devez être en mesure de couvrir au minimum 20 pour cent de votre besoin de capitaux avec vos capitaux propres. Il n'existe cependant aucune limite globale concernant l'apport minimal. Cependant, plus votre part de capitaux propres est élevée, plus la survie économique est facilitée, particulièrement à une époque de crise économique et plus vous resterez indépendant des banques.

Remarque : si voulez-vous recourir aux aides financières publiques, vous devez engager vos capitaux propres dans une « proportion raisonnable ». Faites le point sur le montant de vos économies et les placements financiers que vous pouvez faire à court terme. Vous devrez éventuellement continuer d'économiser jusqu'à la création de votre entreprise. Vérifiez également de quels biens matériels vous pouvez doter votre entreprise. Les biens matériels sont par exemple des machines, des outils ou des véhicules.

Capitaux propres apportés par des partenaires

Les capitaux propres ne sont pas seulement votre capital personnel. Ils peuvent être également apportés par des tiers, par ex. par votre famille ou vos amis. Les capitaux apportés par les partenaires commerciaux, comme par ex. les cofondateurs, les associés commanditaires et les sociétaires tacites font partie des capitaux propres.

Conseil : les partenaires commerciaux apportent en outre leur savoir-faire et leur soutien à l'entreprise. Le « forum des capitaux propres du Deutsche Börse Group et du KfW » (Eigenkapitalforum der Deutsche Börse Group und KfW) ou le Business Angels Network Deutschland vous permettent, par exemple, d'entrer en contact avec des partenaires détenteurs de capital.

Les bailleurs de capitaux propres deviennent automatiquement des propriétaires de l'entreprise. Ils encourent le risque inhérent aux pertes – éventuellement d'une perte complète. En contrepartie, ils bénéficient par contre des accroissements de valeur énormes de l'entreprise.

Note : dans le cas des capitaux d'emprunt, il s'agit en revanche d'apports d'épargnants que les banques transmettent par une entremise « fiduciaire ». La transmission est soumise à une protection particulière. Les banques demandent par conséquent des garanties à hauteur du volume du crédit. En sont exclus les programmes de financement. Une différence supplémentaire est que les bailleurs de capitaux d'emprunt ne deviennent pas, d'un point de vue juridique, les propriétaires de l'entreprise.

Capitaux propres par participations

Les capitaux d'investissement en fonds propres proviennent de bailleurs de fonds qui font des apports dans la société. Elles peuvent être, en sus des personnes physiques, également des personnes morales (sociétés de capital-investissement (Kapitalbeteiligungsgesellschaft)). Ces personnes ne deviennent pas propriétaires de l'entreprise mais sont par exemple intéressées aux bénéfices.

Les capitaux d'investissement en fonds propres peuvent prendre les formes possibles suivantes :

  • Sociétés de participations publiques (par ex. une société de participations de taille moyenne (Mittelständische Beteiligungsgesellschaft – MBG) Cette forme est une participation tacite à l'entreprise. La direction de l'entreprise reste entièrement dans les mains de l'entrepreneur. La sortie de l'entreprise s'effectue à la valeur nominale. Il s'agit de la valeur à laquelle la société de participations est entrée. En contrepartie, vous devez cependant verser une fois par an à la société de participation une rémunération de base non liée aux résultats et une rémunération supplémentaire liée aux résultats.
  • Sociétés de participations privées Ces dernières interviennent la plupart du temps par des prises de participations. La société de participations soutient l'entreprise activement et apporte un savoir-faire personnel. Par le biais de l'adhésion à des organismes d'entreprise tels que le directoire, le conseil de surveillance ou le comité consultatif, la société de participations s'immisce fortement dans les questions stratégiques. La sortie de l'entreprise s'effectue à la valeur du marché. Elle se situe au-dessus de l'apport de capital d'origine, en cas de participation fructueuse. Aucune rémunération fixe à l'année n'est par contre à verser.

Aucun service attribué disponible.

Aucune demande électronique attribuée disponible.

Note de publication

Le présent texte a été rédigé, dans sa version d’origine allemande, en étroite collaboration avec les services compétents. Le Wirtschaftsministerium l’a activé le 30.08.2017. Seul le texte allemand a force obligatoire. Le Land n’assume aucune responsabilité quant à la traduction des textes. En cas de doutes, de questions ou de problèmes, adressez-vous directement à l’autorité compétente.